Publié dans J'ai passé un bon moment!, SF

Avis: « Days » de James Lovegrove

Days

Titre: Days

Auteur: James Lovegrove

Editeur: Bragelonne

Nombre de pages: 384

Mon avis:

Ce livre fait partie de mes achats de l’édition « 10 livres, 10 euros » de Bragelonne dont je vous avais parlé il y a quelques temps.

Days est plus qu’un magasin : c’est un lieu culte pour beaucoup de personnes et certains vont même jusqu’à dormir devant les portes du magasin afin d’y être les premiers à l’ouverture et les derniers à la fermeture. Oubliez les supermarchés et hyper marchés, on parle ici d’un Gigastore. 666 rayons, une facade de 2 km de long, 7 étages de 14 m de hauteur chacun…, vendant tout ce qui est possible et imaginable, du simple coton-tige au rarissime tigre albinos. Tout ce qui est mis en rayon sera vendu, tout ce qui est vendable sera mis en rayon.

Mais tout le monde ne peut être client de Days ! En effet, il existe plusieurs niveaux de cartes qu’on peut avoir selon son revenu et son épargne. Il faut donc un certain niveau d’aisance pour pouvoir entrer dans le monde merveilleux de Days, mais la moindre incartade peut vous exclure à vie ! On voit donc apparaitre une sorte de hiérarchie au sein du magasin entre les clients. Cela rappelle étrangement les castes de la société Indienne. Plus on est fortuné, plus on est un client important.

Days est le nom du magasin, mais c’est avant tout celui de Septimus Days, le créateur du gigastore. Mais Days signifie aussi « Journée » en anglais, et c’est bien ce que nous propose le livre : suivre pendant 24h, minute par minute le destin de Frank employé à la sécurité qui rêve de démissionner, Linda qui après plusieurs années de sacrifices vient d’avoir sa carte d’entrée pour le monde de la consommation et de la démesure et les Freres Days. Une journée comme les autres dans le premier et le plus grand des gigastores.

Ce roman d’anticipation m’a bien plu, même si j’ai trouvé la fin un peu trop ouverte, j’aurai aimé qu’il continue de quelques pages. Le rapport constant au chiffre 7 est également intéressant et est le fil rouge du livre. On ne peut s’empêcher de faire l’analogie entre certaines scènes et la vie réelle, notamment le besoin vital des gens d’obtenir quelque chose dont ils n’ont nullement besoin, juste parce que ce produit est en promotion.

Bref, je n’avais jamais lu de livre de James Lovegrove, ce fut une bonne decouverte, j’ai passé un bon moment à découvrir une journée à l’intérieur d’un gigastore!

A vrai dire, sans l’opération « 10 livres, 10 Euros », je n’aurai jamais lu ce livre alors, merci Bragelonne!

Publicités

2 commentaires sur « Avis: « Days » de James Lovegrove »

Laissez une trace de votre passage!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s