Publié dans Du livre au film

Du livre au film: Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Quelle surprise en me promenant dans les rayonnages de ma médiathèque: Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire a été adapté au cinéma! Ni une, ni deux, je l’emporte avec moi, espérant ainsi passer une soirée légère.

le-vieux

Mon homme a regardé la jaquette d’un drôle d’air « Tu veux vraiment regarder ça? » « Mais oui, le livre était sympa! » Lire la suite de « Du livre au film: Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire »

Publié dans Autre, Du livre au film, J'ai passé un bon moment!

L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux

 Le livrehomme-qui-murmurait-oreille-chevaux

Titre : L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux

Auteur : Nicholas Evans

Nombres de pages : 437

Année de parution : 1995

Le film

L-Homme-Qui-Murmurait-A-L-Oreille-Des-Chevaux_portrait_w193h257

 Titre : L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux

Réalisateur : Robert Redford

Année de sortie : 1998

 De quoi ça parle?

Comment réagira Annie Graves, vedette de la presse new-yorkaise, lorsque Grace, sa fille unique de 13 ans, et son pur-sang, Pilgrim, seront fauchés par un quarante tonnes sur une route verglacée ?
Elle sera profondément bouleversée, et elle comprendra très vite que, pour sauver Grace, il faut empêcher le sacrifice de l’animal mutilé.
Alors, délaissant tout, elle va partir à la rencontre d’un homme qui possède un don mystérieux. C’est là-bas, dans la splendeur du Montana, que vit Tom Booker, le « chuchoteur », celui qui comprend si bien les chevaux et si peu ses propres sentiments.

Mon avis:

Lire la suite de « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux »

Publié dans Du livre au film, J'adore!

Du livre au film: Nos étoiles contraires de John Green

Fault_in_Our_Stars

Titre: Nos étoiles contraires

Auteur: John Green

Editeur: Nathan

Nombre de pages: 323

Année de sortie au cinéma: 2014

 

Vous vous en souvenez, je suis allée voir Nos étoiles contraires au cinéma avant de le lire, car j’avais peur d’être déçue de l’adaptation ciné! (D’ailleurs, j’ai fait la même chose avec Le Labyrinthe.)

J’avais vraiment aimé le film, donc forcément il a fallu que je le lise et ce, très rapidement!

En tout cas, je peux vous dire que l’adaptation est très fidèle au livre, même s’il y a quelques modifications, notamment sur la fin, mais l’idée globale reste la même.

Est-ce que j’ai vraiment besoin de vous résumer le livre ? Oui ? Hazel Grace, 16 ans est malheureusement au stade 4 de son combat contre le cancer de la thyroïde. Sa mere, persuadée qu’elle est en depression, l’oblige a se rendre à un groupe de  soutien afin de rencontrer d’autres gens. Hazel s’y rendra de mauvaise grâce et y rencontre Augustus Waters, en remission complete de son ostéosarcome depuis 14 mois. C’est alors le début d’une belle amitié et la continuité du long combat contre la maladie…

nec film

L’écriture de John Green est très belle. Le cancer est un sujet que je ne côtoie –heureusement – pas de prés, mais j’ai trouvé le sujet bien abordé, sans mélodrame excessif, parce que oui, dans ce livre on trouve aussi des personnages avec de l’humour et un sourire toujours accroché aux lèvres. L’auteur nous parle avec vérité, et sans filtre du cancer et de ce qui en découle : la mort, la souffrance, les dizaines de médicaments, l’inquiétude pour le devenir des survivants…

Tous les personnages sont tellement attachants, (oui, même Peter Van Houten!) on s’inquiète, on rit et on pleure avec eux.

C’est vrai que ma critique sur ce livre est courte, mais je n’ai pas grand-chose à dire, car il est tellement bien, et tellement touchant, que j’en reste sans voix.

Nos Etoiles Contraires, en plus d’être une vraie claque est un formidable vecteur d’espoir.

Publié dans Autre, Du livre au film, J'adore!

Du livre au film: La Liste de Schindler

la-liste-de-schindler-affiche

L’histoire? Tout d’abord, il faut savoir qu’il s’agit d’une histoire vraie. Poldek Pfefferberg , l’un des Shindler-junden (« juifs de Schindler ») a cherché pendant des années à faire connaitre l’histoire d’Oskar Schindler. Malheureusement, les nombreux écrivains et réalisateurs qu’il a contacté ont refusé de coucher cette histoire sur papier ou de la porter à l’écran.

Et pourtant, il finira par croiser le chemin de Thomas Keneally, qui acceptera de faire connaitre cette histoire. Les deux hommes sont alors partis à la recherche de témoignages, de documents et de visites afin de tout raconter sur la vie d’Oskar Schindler.

Le roman est donc paru en 1982, et, après plusieurs tergiversations a été porté à l’écran par Steven Spielberg en 1993. Le livre et le film ont reçu de nombreuses récompenses.

Liste de Schindler

Oskar Schindler est donc le directeur d’une usine qui fabrique des casseroles et des obus. Comme de nombreux industriels à l’époque, ils emploient beaucoup de juifs, car il était alors interdit de les payer, ce qui permet de faire des profits exponentiels. Oskar Schindler, malgré son appartenance au regime Nazi, n’a rien contre les juifs et va même se retrouver plusieurs fois en prison pour les avoir côtoyé.

Un jour, il assistera au « nettoyage » du ghetto de Cracovie. Profondément choqué par les horreurs qu’il a vu ce jour-là, Schindler décide alors de tout faire pour que le régime s’effondre et va faire son possible pour sauver le plus de juifs du camp de concentration de Plaszow, situé à 5 km de son usine.

Le livre et le film

oskar schindler

 

A gauche, le vrai Oskar Schindler et à droite Liam Neelson qui interprete Oskar dans le film.

J’ai vu le film de nombreuses fois, car j’ai vraiment beaucoup aimé l’histoire. Et j’ai découvert il y a peu que le film était une adaptation d’un livre. Forcément, je l’ai acheté et je l’ai lu aussitot.

J’ai donc commencé la lecture de La liste de Schindler après avoir fini l’horripilant Il est de retour.

Et bien, ca fait un choc. Dans le premier, on vous parle de massacres et d’actes de résistances héroïques et dans l’autre on vous encense Hitler en mettant en avant son intelligence et sa capacité a redresser le pays.

Je suis très heureuse de pouvoir vous dire que le film est extrêmement fidèle au livre, même si certaines scènes sont modifiées. Bon, évidemment tous les passages n’y sont pas, mais c’est normal, le livre fait tout de même 540 pages !

Le livre est parfois dur, et vous prend aux tripes, car c’est une histoire vraie, on sait que ces évènements se sont réellement produits il y a 70 ans… Et forcement, on ne peut que se dire « Plus jamais ça ! ». Malheureusement, j’ai fini par être lassée par le livre, car il finit par ressembler à un documentaire, l’auteur a voulu être tellement précis dans les faits qu’il finit par trop l’être.

On découvre la cruauté de l’humain… J’ai eu des frissons tout au long de la lecture…

Ce livre et l’histoire d’Oskar Schindler m’ont profondément touchée!

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire d’Oskar, il existe d’autres témoignages des Schindlerjungen :

  • L’enfant de Schindler de Léon Leyson
  • La petite fille au manteau rouge de Roma Ligocka
Publié dans Bof..., Du livre au film

Du livre au film #3 Sleepy Hollow

Bonjour les croque-livres!

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un film que j’aime beaucoup: Sleepy Hollow. (Attention, risques de spoilers sur le film et le livre)

sleepy Hollow

Avant d’être adapté au cinéma par Tim Burton, ce fut une nouvelle écrite par Washington Irving: La Légende du Val Dormant. Forcement, il a fallu que je lise le livre pour pouvoir comparer les deux et ainsi, me faire un avis.

Dans le livre que j’ai acheté, nous avons la novélisation de Sleepy Hollow et la nouvelle originale. Autant dire que le film n’est pas du tout une adaptation du livre et heureusement, parce que je ne pense pas qu’il aurait eu un tel succès!

Dans La Légende du Val Dormant, Ichabod Crane n’a pas le droit à une description très attirante: il est grand est dépenaillé, selon l’auteur, il ressemblerait à un épouvantail. Il est instituteur et à toujours vécu à Tarry Town. Dans Sleepy Hollow, bah, c’est Johnny Depp quoi. Il est inspecteur de police et vient de New York.

Bon déjà à ce niveau, ça part mal. En lisant le début, je me suis demandé si on parlait bien de la même histoire ou si c’était une autre nouvelle écrite par Washington Irving. Hey non, c’est bel et bien sensé être la même histoire!

Retournons à notre bouquin: Concernant la belle Katrina Van Tassel, la fille du riche fermier Baltus Van Tassel, elle est l’élève de Ichacob Crane. Et sous prétexte de lui donner des cours, il vient chez elle pour essayer de la séduire car il en est fou amoureux. Finalement, aprés un repas bien arrosé, Katrina repoussera les avances de Ichacob, celle-ci préférant Brom Van Brunt. C’est en repartant chez lui dépité que Ichacob croisera malencontreusement le chemin du supposé Cavalier Sans Tête. Ce dernier assommera Ichacob avec une citrouille. On ne retrouvera jamais son cadavre mais on ne le revit plus jamais. Brom et Katrina se marièrent. Fin!

Et dans le film alors? Katrina, qui est toujours la fille de Baltus, rencontre Ichacob, le jour ou il arrive à Sleepy Hollow afin de trouver qui est l’auteur de 5 affreux meurtres. En jouant à Colin-Maillard, elle lui donne un baiser sur la joue et forcement, c’est le coup de foudre. Dans cette version, pas de soirées arrosées mais des décapitations à répétition. Brom Van Brunt aura pour sa part une fin beaucoup moins désirable, plus qu’il finira haché menu par le Cavalier Sans Tête! Mais Ichacob et Katrina arriveront à mettre fin à la tyrannie du Cavalier et tout est bien qui fini bien (bah oui, c’est quand même un film américain!) ils finiront leur vie ensemble.

Autant dire que les deux histoires n’ont pas grand chose à voir à part le nom des personnages! C’est ce qu’on appelle une adaptation très libre!

Pour ma part, je préféré 1000 fois le film déjà parce que un film ou il y a Tim Burton + Johnny Depp =♥, mais parce que j’ai trouvé l’histoire du livre totalement intéressante, il ne se passe rien à part un mec qui se fait assommer par une citrouille…

Avez-vous lu le livre? Vu le film?

Publié dans Du livre au film, Dystopie

Du livre au film: Hunger Games

hunger-games-livres

Les Livres

Titre: Hunger Games

     Hunger Games: L’embrassement

     Hunger Games: La révolte

Auteur: Suzanne Collins

 

Les films:

Hunger games – Sorti en mars 2012

Hunger Games : L’embrasement – Sorti en novembre 2013

Hunger Games : Mockingay – Sorti en novembre 2014

Hunger Games: Partie 2 – Prévu pour 2015?

Lire la suite de « Du livre au film: Hunger Games »

Publié dans Du livre au film, J'ai passé un bon moment!

Du livre au Film – Je suis une légende

je suis une legende photo

Titre : Je suis une légende

Auteur : Richard Matheson

Editeur : Folio

Nombre de pages : 228

 

Résumé : Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l’abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie.
Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil… Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu’aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme. Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l’ultime survivant d’une espèce désormais légendaire.

 

Mon avis : Il n’y a que deux mois que j’ai découvert que le film « Je suis une légende » avec Will Smith était une adaptation d’un livre. Ni une, ni deux, je me dégote un ebook et c’est parti pour la lecture et surtout, pour la comparaison.

Dés le début, je me suis demandée si les scénaristes avaient réellement lu le livre. Parce que l’adaptation ciné est très…libre ! On passe d’une action qui se passe entre 1974 et 1976 à une action qui passe dans les années 2010. Ceux qui au départ étaient des vampires sont devenus des zombies. Le simple ouvrier à la chaine est devenu un super docteur de l’armée américaine. Bon, à part la trame qui reste à peu prés la même, le livre et le film n’ont pas grand-chose à voir. Je ne vais pas pousser la comparaison plus loin, je ne voudrais pas vous spoiler.

A vrai dire, je préfère le film au livre (ce qui est extrêmement rare). Le héros subit moins ce qu’il lui arrive et est plus acteur de sa vie. De plus, le film est bien plus optimiste, car le roman est vraiment très sombre et ne laisse aucune place pour l’espoir. Cependant, pour un livre écrit dans les années 50, j’ai adoré l’imagination de l’auteur. Je me demande comment le livre a été accueilli par la critique de l’époque (il va falloir que je fasse quelques recherches 🙂 ).

Mais pour moi le point fort du livre est d’avoir un héros auquel on peut s’identifier, on le voit impuissant et dépourvu face à ce qui lui arrive, il se pose des questions extrêmes auxquelles on pourrait très surement penser à sa place.

Bref, un héros humain.